Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse
Articles récents

Jean-Yves Bourgois a bien un programme : il aime les sports d'hiver, même sans neige !

10 Mars 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

La photo suivante a été réalisée sans trucage de ma part, au contraire de celle de l'article précédent (du 5 mars 2011) :bourgois05.jpgPar ailleurs, le candidat autoproclamé de l'éthique et non de l'étiquette mélange ici les genres. Il mêle sa vie privée aux affaires publiques ce que dénonçaient déjà les Romains en leur temps. J-Y Bourgois devrait lire ou relire les auteurs classiques comme Plutarque par exemple, cela lui éviterait de jouer à la petite maison dans la prairie devant les électeurs. Il croit peut-être les faire rêver comme tentent de le faire les publicitaires sur les emballages de gâteaux ou de produits laitiers. La droite confond citoyens et consommateurs, c'est dire la façon dont elle considère les électeurs...

 

Lire la suite

L'UMP a emmené Jean-Yves Bourgois sur les pistes.

5 Mars 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

hiver03

La droite soutient la "réforme" des collectivités territoriales de Nicolas Sarkozy. Le projet prévoit de faire disparaître le Conseil général. Pour les candidats de la droite amiénoise, c'est déjà fait... Ils misent sur l'abstention. Comme cela, Nicolas Sarkozy pourra supprimer le Conseil général en affirmant que les électeurs s'en désintéressent !

Lire la suite

Le MUP, unitaire dans la division de la gauche !

25 Février 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

MUP02.jpgLe PCF et le NPA ont fait cause commune dans un canton sud à Amiens, un canton très marqué à droite. Fabienne Debeauvais, la candidate du PCF, avait fait 6,7 % il y a 7 ans et c’était un très bon score (il fallait remonter aux années 1970 pour retrouver un tel chiffre...). Grâce à cette union, on peut faire plus si on parvient à mobiliser les abstentionnistes !

Car, avec le NPA, nous inaugurons, sur Amiens, une démarche unitaire. Or, que fait cet adhérent du MUP, sans doute employé au conseil régional, situé non loin de ce panneau d’affichage ? Il déchire (voyez les débris par terre) et recouvre les affiches du PCF !

En effet, le MUP a présenté la conseillère régionale Françoise van Hecke avec comme suppléant un membre du MRC (les chevémentistes) dans le canton sud. Le but est de plomber l’union réalisée entre Fabienne Debeauvais (PCF) et son suppléant Grégoire Moquet (NPA).

Or, à part être l’anagramme de l’UMP, qu’est-ce que le MUP ? Le Mouvement Unitaire pour le Progrès ! Unitaire. Et la première chose que fait ce mouvement, c’est entraver les dynamiques d’union. Robert Hue est venu le 23 février à Amiens pour soutenir la candidature du MUP... Il fait comme si le PCF et le NPA, soutenus par le front de gauche sur le canton sud n’existaient pas.

Robert Hue serait déjà au PS s’il ne servait bien mieux les intérêts de ce parti en demeurant dans la mouvance du PCF. En plus, il vient soutenir des élus régionaux qui ont choisi de se présenter au 1° tour des régionales avec le PS au contraire du choix des militants PCF. Cela a contribué à ce qu’il n’y ait aucun élu Front de gauche en Picardie...

En fait Robert Hue veut l’unité mais avec le PS. Il veut un congrès de Tours à l’envers..

Lire la suite

L'Express Amiens, Fakir, la citadelle et l'Aube nouvelle.

23 Février 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

express-amiens23-02-11.jpgLa création du journal l'"Aube nouvelle" n'est pas le fruit d'une ambition personnelle. Ce journal a pour seul but l'application du programme pour lequel la gauche a été élue en 2008. Plus le temps passe et plus on s'aperçoit que l'on s'écarte des objectifs premiers. Le maire PS, Gilles Demailly, en lançant des privatisations, en comprimant le personnel et en refusant la concertation avec les habitants (voir la rue Watteau) fait même l'inverse de tout ce que la gauche devrait faire.

Il est classique que l'on attribue des visées personnelles à quelqu'un qui, en équipe je le rappelle, souhaite juste faire connaître, par le biais d'une modeste publication, les idées pour lesquelles il s'est engagé dans l'arène politique. Cela affadit logiquement le fond du discours :"Tout ce que dit ou fait cet homme, c'est pour faire parler de lui...". Ce bruit me vient continuellement aux oreilles depuis longtemps, une rumeur propagée par G. Demailly et son maigre entourage. Cela évite de chercher des arguments pour répondre de manière rationnelle à mes questions ou à certaines demandes venant de la part d'Amiénois que je rencontre en permanence (tous les vendredis de 14 H 30 à 16 H, mairie annexe d'Etouvie) ou en porte-à-porte..

D'autre part l'Aube nouvelle n'aurait sans doute pas vu le jour si Fakir n'avait pas existé auparavant. F. Ruffin a prouvé qu'une presse locale d'enquête sociale pouvait exister à Amiens. Il a ouvert la voie...

Si l'Aube nouvelle parvient, avec d'autres, à réorienter l'argent prévu pour les travaux pharaoniques de la citadelle vers des projets à caractères social, culturel, en bref humain... ce sera une belle avancée et une vraie rupture avec ce que l'on connaît à Amiens depuis trop longtemps. Et, finalement, l'Express, en parlant de notre opposition à ce projet, rend compte heureusement des efforts que nous faisons pour donner aux Amiénois des informations autres que celles que l'on peut avoir dans la presse officielle de la mairie. 

 

Lire la suite

Communiqué à propos des aménagements de voirie rue Watteau

20 Février 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

Les conseillers municipaux communistes Fabienne Debeauvais et Cédric Maisse sont allés, ce dimanche 20 février 2011, à la rencontre des habitants de la rue Watteau qui ont signé une pétition à propos des aménagements de leur quartier (34 signatures).

Cette pétition ne remet pas en cause les aménagements en tant que tels mais les modalités de leur réalisation. Les riverains constatent qu'ils vont avoir des problèmes de stationnement car il n'y a pas assez de places prévues pour les voitures et qu'ils auront des difficultés pour les rentrer dans leur garage du fait de l'étroitesse de la rue.

Fabienne Debeauvais et Cédric Maisse ont ensuite rencontré le maire sur le marché d'Amiens Nord. Ils ont en profité pour lui faire part des doléances des riverains de la rue Watteau. Il n'a rien voulu entendre en affirmant que le dossier est sous la responsabilité de S. Raïs, adjoint à la voirie. Or M. Raïs a refusé de rencontrer les habitants le jeudi 17 février. À qui faut-il donc s'adresser pour régler un simple problème de voirie ? Il est évident que cela coûtera moins cher de régler le problème avant que l'on goudronne la rue plutôt qu'après...

________________________________

 

  La mairie fait des aménagements pour améliorer la vie des Amiénois. Si les habitants d'une rue veulent des changements, pourquoi ne pas les écouter ? C'est bien eux qui vont vivre avec la somme de tracas quotidiens. Ces problèmes peuvent paraître dérisoire en regard des grands projets d'urbanisme mais faire en sorte de les régler doit être la préoccupation de tout aménageur. Entrons donc dans le détail :

 

Un habitant émet plusieurs demandes :

Le regard qui permet d'évacuer les eaux usées qui sont drainées par le caniveau est bien trop haut. Lui et son voisin ont déjà été inondés en 2009. Ils ne veulent pas que cela se reproduise. Voir la photo suivante :

DSCN2142

Il souhaite avec d'autres habitants que le panneau de limitation à 30 soit à l'entrée de la rue et non 100 m plus loin. Il sera ainsi plus efficace. Voir la photo suivante :

DSCN2144

Il voudrait que l'on fasse un rebord pour éviter que les voitures puissent heurter par mégarde son mur :

DSCN2145

Non loin de là, le niveau du sol sera trop haut par rapport à son mur qui risque de disparaître dans le sol et par rapport au compteur de gaz qui ne pourrait plus s'ouvrir : DSCN2146DSCN2147   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les habitants nous signalent aussi le fait que 4 maisons n'ont plus de stationnement. Il faudrait reculer le terre-plein afin que les riverains puissent recevoir des visiteurs venant en voiture. De plus ils ont beaucoup de mal, surtout les personnes âgées, à manoeuvrer leur véhicule pour les rentrer dans leur garage. Il suffirait de reculer les terre-pleins de 2 mètres :

DSCN2156DSCN2153

 

Il y a un passage pour les seuls piétons près de cet endroit. Avant les travaux d'enfouissement de câbles, le chemin était propre, recouvert de gravier. Mais, à présent, le chemin est boueux. Certains voudraient même que l'on ferme ce passage...

DSCN2155

Un autre habitant demande s'il est possible d'avoir un stationnement en plus devant chez lui. On pourrait simplement déplacer le panneau de quelques mètres. En plus, la rue est étroite et a conservé son double sens. Il demande à ce qu'il puisse se garer tranquillement. Cela peut éviter des conflits de voisinage en plus.

Ainsi que le montre la photo suivante, il y a largement la place de faire une place de stationnement en plus :

DSCN2154

Des personnes âgées attendent depuis décembre 2010 que le trottoir soit goudronné dans leur rue. Il s'agit des parties situées entre les numéros 1 et 15 et entre les numéros 2 et 6. Il y a beaucoup de personnes âgées qui ont du mal à se déplacer à cause de ce manque de revêtement.

DSCN2162

Enfin les poubelles sont ramassées de façon très irrégulière rue Watteau. De plus les habitants se plaignent du fait que l'on remet leur poubelle à de mauvais endroits. Voir photo (ces sacs traînent dans la rue depuis une semaine selon les riverains) :

DSCN2158.jpg

Lire la suite
Lire la suite

Le conservatoire et le PCF

14 Février 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

cp14-02-11conservatoire.jpgLes élus communistes F. Debeauvais, M.-H. Loew et C. Maisse, qui appartiennent au groupe communistes et citoyens, tiennent à signaler qu'ils n'ont d'informations à propos de la gestion du conservatoire que par la bouche du vice-président à la culture Alain David.

Le parti communiste à Amiens, en tant que structure politique, n'a pas arrêté de stratégie de gestion à propos du conservatoire. Cela concerne le seul Jacques Lessard (qui agit sans concertation, ni avec ses collègues élus, ni avec l'ensemble des militants communistes). D'ailleurs il n'a rien démenti ni sur son rôle personnel à la suite de l'article du Courrier Picard du vendredi 11 février 2011, ni au sujet de son réseau d'amis internes à l'établissement. D'autre part, cela concerne aussi le directeur général des services dont le rôle a été vaguement suggéré lors de la dernière commission culture.

Lors de cette commission culture, qui s'est tenue à la bibliothèque L. Aragon le lundi 31 janvier 2011, A. David a bien voulu répondre à quelques questions et nous donner les informations suivantes :

- Amiens-Métropole cherche un nouveau directeur au conservatoire. Le recrutement ne semble pas facile. En attendant, un collège de 4 professeurs se chargera de cette responsabilité. Cela nous a paru être un facteur de désorganisation supplémentaire. Rien ne paraît très clair.

- Le passage en autonomie du conservatoire est possible. Selon A. David, l'Etat pilote le processus sans trop de certitudes. Mais on parle de regrouper les conservatoires de villes différentes et Amiens deviendrait une antenne de celui de Rouen.

Cette dernière information nous inquiète sur l'avenir du conservatoire. Encore une fois, A. David agit en fonctionnaire soumis à l'Etat et non en élu qui a pour mission (en se positionnant théoriquement à gauche) de défendre un service public local d'éducation !

Encore une fois (après l'ESAD et le cirque), il n'est pas choqué par ce projet d'abandon de la gestion par notre collectivité d'un service de proximité important.

Lire la suite

Quelques nuances... à la suite de l'article du courrier picard du 14 février 2011

14 Février 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

cp14-02-11.jpg

 

Est-ce que j'attaque le maire ? Peut-être... En réalité je ne fais que me défendre contre l'ennui. Et je suis sûr que je ne suis pas le seul à m'ennuyer. il suffit de regarder la tête des autres élus présents. Le flot des "effectivement" finit par noyer toute pensée dans une pâte molle informe. Est-on élu pour parler ? Parler sans arrêt pour signifier à l'opinion que l'on réfléchit. Et l'action ? La parole doit porter l'action, elle ne doit pas se faire passer pour telle. Gilles Demailly a dit qu'il était nul en communication. Il n'a qu'à compenser par les actes politiques au lieu de nous servir des discours creux où ne transparaît que le doute... Il n'a qu'à travailler en équipe...

Seulement il ne pense qu'à me couper la parole. il ne veut pas que je m'exprime ainsi qu'il l'a montré lors du conseil d'Amiens-Métropole du 16 décembre 2010 (voir Point 8 du conseil d'Amiens-Métropole du 16 décembre 2010 – Impôts directs locaux. Fiscalité additionnelle. Année 2011.Avec les interruptions de G. Demailly destinées à faire obstruction.) . Je suis le seul élu qu'il se permet d'interrompre, tout cela parce que ce que je lui dis lui déplaît. Est-ce digne du soi-disant chantre de la démocratie locale ?

Tout le monde a ses tics de langage. Je reconnais en avoir. Mais, dans le cas présent, trop c'est trop. Gilles Demailly ne cesse de me mépriser et de me traiter comme si j'étais un irresponsable qui ne mérite aucune considération. Peut-être, à l'avenir, fera-t-il attention à ne pas être arrogant comme pouvait l'être son prédécesseur (qu'il semble admirer de plus en plus).

Voir Courrier Picard du 14 férier 2011

Lire la suite

On n'est jamais assez nombreux pour EFFECTIVEMENT.

13 Février 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

 Gilles Demailly, maire d'Amiens, continue à saturer les débats de son mot fétiche "effectivement". Beaucoup d'élus qu'ils soient de gauche ou de droite succombent et adoptent le mot du maire. Leur souci est de se mettre en conformité avec le discours officiel, d'adopter le mot qui plaît et qui peut toucher le chef. Tout cela se fait de manière inconsciente, c'est dire la profondeur du mal. Pour tenter d'enrayer la contagion, il n'y a qu'un seul moyen : faire prendre conscience aux orateurs de leur psittacisme. Ce montage explique aussi pourquoi nombre d'Amiénois se détournent de la politique. Si c'est pour s'entendre répèter  de façon absurde des milliers de fois la même chose...

 

Lire la suite

Même pendant la trêve des cantonales, la volonté d'exclure perdure...

7 Février 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

cp07-02-11b.jpgA Amiens, il n'y a pas de trêve, même pendant les cantonales. Le président du groupe communiste, Laurent Beuvain, par ailleurs candidat dans le canton sud-est (à Amiens) essaie de se refaire une virginité électorale en présentant un voeu au conseil municipal pour défendre les services publics. Oui mais... Il n'hésite pas à voter les délégations de service public à n'en plus finir (les bus, la gestion de la salle de conférence et de spectacle Mégacité, une partie du réseau de distribution de l'eau..), il vote pour que l'argent public soit donné aux écoles maternelles privées (alors que c'est facultatif), il vote les autonomies des maisons de retraite, de l'école d'arts et design et du cirque.
Tout cela affaiblit l'emprise politique de la municipalité sur son territoire. tout cela va générer des profits pour le secteur privé et réduire encore le nombre d'emplois publics.
Et après il faudrait bêtement voter comme lui. Nous nous refusons à une telle hypocrisie électoraliste. Nous refusons d'entrer dans ce jeu où l'électeur est considéré comme un idiot n'ayant aucune mémoire.

A cela s'ajoute la volonté de plus en plus affirmée de nous exclure du groupe "communistes et citoyens". La lettre, que L. Beuvain a adressée au maire à notre sujet, est un chef d'oeuvre de veulerie et se termine sur la peur d'assumer le geste politique de l'exclusion. En fait il voudrait que le maire endosse avec lui la responsabilité de notre exclusion. Or ce dernier ne le souhaite manifestement pas.

Lire la suite